• GODZILLA

    Synopsis : Godzilla tente de rétablir la paix sur Terre, tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l'humanité semble impuissante...

    De Gareth Edwards avec Aaron Taylor-Johnson, Bryan Cranston et Elisabeth Olsen

    Sortie le 14 mai 2014 

    Avertissement

    Assez fan du genre, j'en étais restée à celui réalisé par Roland Emmerich que j'avais plutôt bien aimé à l'époque. La 3D augurait du meilleur pour cette nouvelle version.

    Effectivement, elle apporte indéniablement un gros plus à cette oeuvre plutôt décevante pourtant dans l'ensemble.

    Tandis que l'on ne manque pas de s'extasier devant la splendeur de l'image et l'excellence des bandes son et musicale, on reste toutefois un peu circonspect face à la faiblesse scénaristique, aux dialogues d'un vide sidéral, aux réflexions philosophiques minables et pitoyeusement prévisibles ... 

    Le problème majeur du film vient d'une arythmie déconcertante.

    Déjà la première demi-heure est plutôt longue et laborieuse, on a du mal à accrocher ... bien que le parti pris du réalisateur réside sur une certaine emphase et ampleur (les monstres sont gigantesques), et qu'il s'appuie essentiellement sur des séquences quasi-spielberguiennes (tout le passage sur la voie ferrée est le meilleur moment où la tension est littéralement paralysante) subtilement et uniquement créées pour couper le souffle et aux héros et aux spectateurs, le tout est d'une lenteur pénible et lourde.

    Alternant des scènes brillantes avec d'autres pesantes, Gareth Edwards n'a pas le talent du maître du genre (Spielberg donc que je viens de nommer ... faut suivre ! ...) et plombe l'atmosphère anxiogène par des incohérences et maladresses, exacerbant le chaos que l'on voit à l'écran par le chaos d'une réalisation inégale et décousue.

    Elle est exhaussée merveilleusement par une utilisation pointue de la 3D (les créatures sont très réussies) mais elle peine parfois à trouver une certaine dynamique.

    En revanche, on peut être séduit par les interprétations des acteurs, le jeune Aaron Taylor-Johnson s'en sort plutôt bien.

    Mais malheureusement, le film souffre principalement d'une prétention sans commune mesure et d'un cruel manque d'humour qui aurait pu apporter un soupçon de légèreté qui ne lui aurait pas fait de mal.

    On n'en retiendra donc juste que quelques passages réellement spectaculaires mais c'est tout. 

    Dommage ... 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :