• INTOUCHABLES

    Synopsis : A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate devenu tétraplégique, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison.

    De Eric Toledano et Olivier Nakache avec François Cluzet et Omar Sy

    Nouveauté

    L'affiche, la bande annonce, la signature, l'excellent bouche-à-oreille et le million d'entrées au bout de quatre jours d'exploitation m'ont décidée à aller voir cette comédie en ce dimanche après-midi pluvieux.

    Olivier Nakache (le frère de Géraldine ... une famille en or ... après l’énorme succès de Tout ce qui brille... !!!!) et Eric Toledano signent leur quatrième film en s'inspirant d'une histoire vraie et la transposant à l'écran avec une intelligence rare et surtout beaucoup de sensibilité.

    Ils font cohabiter deux êtres totalement perdus, l'un physiquement, l'autre socialement, l'un très riche, l'autre très pauvre, avec une classe folle et beaucoup de raffinement dans l'écriture, en évitant habilement les clichés habituels (pourtant c'était à deux doigts, opposant le blanc riche aristocrate et le noir pauvre des cités). Eric Toledano nous offre surtout des dialogues absolument divins et jouissifs, d'une drôlerie sans commune mesure, savoureusement irrévérencieux et subversifs, qui m'ont fait hurler de rire toutes les cinq minutes.

    Car desservi surtout par un duo d'acteurs réellement exceptionnels (tous deux césarisables ?? je pense que oui ...). Le film n'aurait pas été aussi réussi sans ces deux monstres du cinéma français. Bien qu'Omar Sy soit encore un "débutant", il en impose par sa carrure, son envergure de jeu, son rire communicatif, sa tchatche, son style si personnel ... une vraie alchimie s'installe avec François Cluzet qui nous délivre une incroyable prestation car il n'est pas simple de faire passer les émotions par les seules expressions faciales ... il est un de mes acteurs français préférés et ce n'est pas pour rien, c'est un géant ... et c'est l'antinomie permanente entre les deux personnages et leur univers respectif qui constitue le pivot central du film et qui lui donne son pouvoir comique.

    Alors certes la réalisation n'est pas époustouflante (quoique certains plans et prises de vue - surtout au début du film - sont très soignés) et le montage est parfois un peu surprenant, certaines scènes venant se greffer bizarrement sans cohésion ni fluidité mais elles sont tellement drôles qu'on en oublie qu'elles pourraient être incongrues ou superflues pour même, pourquoi pas, devenir cultes (la scène de l'opéra ...) ... et à y réfléchir, sans n'avoir vraiment de sens, elles étoffent subtilement l'étrange et sincère amitié entre les deux hommes qui évolue vers une relation quasi filiale que ce soit dans le rapport Philippe/Driss que dans celui François/Omar (la complicité des deux acteurs transparaît à l'écran).

    Le sujet était casse-gueule, voire tabou (le handicap est rarement évoqué au cinéma) et pas facile à aborder avec une telle délicatesse et sans aucun pathos. Pour avoir rencontré Philippe Pozzo di Borgo, Olivier Nakache, Eric Toledano et François Cluzet (qui a attentivement étudié avec lui les attitudes à adopter pour reproduire au mieux les façons de s'exprimer, de bouger, de regarder, de sourire ... afin d'y imprimer une crédibilité poignante ...) lui donnent corps (et je pèse mes mots car le rapport au corps est ici bien malmené ...) et une réelle intensité dramatique contrecarrée par la dérision permanente qui fleurit toutes les deux répliques.

    J'irais même jusqu'à dire que les deux réalisateurs mettent une vraie finesse dans un film fort qui s'avère être une vraie leçon de vie, profondément humain, plein de gaieté et de bonne humeur, de tendresse et de jolies choses, et de l'avoir traité par le biais de la comédie lui octroie justement encore plus d'émotion et de poésie.

    Intouchables, les héros le sont, pas les spectateurs qui en sortiront troublés et interloqués par la toute dernière image. En tout cas, la salle comble était comblée et beaucoup d'applaudissements ont conclu la séance (fait suffisamment rare pour être souligné) (et la séance suivante affichait également "complet" ...).

    Intouchables est un film jubilatoire, hilarant, bouleversant, indispensable, incontournable et immanquable.

     

     

    (ps : je trouve que cet automne 2011 nous propose beaucoup d'excellents films français qui damnent le pion aux blockbusters américains ... même si Les aventures de Tintin truste la première place du box-office, en toute logique, Polisse, The Artist, Un monstre à Paris et Intouchables réalisent de très bons scores au-delà du million de spectateurs)


  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Janvier 2012 à 05:54
    Tu résumes bien
    Quand j'ai vu l'immense mise en avant du film j'ai eu peur de me faire pieger ... Un peu style "Les Bronzés 3" ou encore "Bienvenu chez les ch'tis" qui ne m'a pas plu non plus. Mais après les divers echos j'y suis allée ... Je peux y retourner dès demain sans aucun problème. Drôle OK mais pas que ca ... Comme tu le dis si bien !
    2
    Mokette
    Samedi 17 Mars 2012 à 20:54
    Incroyable
    Quel Succes ! ENORME ! presque 30 millions d'entrées en europe ! regardez sur sa fiche wikipédia ! Ils vont faire mieux qu'Amélie qui a fait 31,6 millions d'entrées au Final dans le monde ! Ils étaient vraiment Intouchables....
    3
    Vas-t-il s'arrêter ?
    Dimanche 25 Mars 2012 à 14:34
    de l'autre coté de la planête
    286 000 entrées en 3 jours....en Corée du Sud !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :