• JASON BOURNE : L'HERITAGE

    Synopsis : On croyait tout connaître de l'histoire de Jason Bourne et de son passé d’agent tueur malgré lui. Mais l’essentiel restait à découvrir. Le programme Treadstone dont Jason était le cobaye n’était que la partie émergée d’une conspiration plus ténébreuse, ourdie par d’autres branches du gouvernement et mettant en jeu d’autres agences de renseignement, d’autres programmes militaires, d’autres laboratoires secrets…De Treadstone est né "Outcome", dont Aaron Cross est un des six agents. Sa finalité n’est plus de fabriquer des tueurs, mais des hommes capables d’assurer isolément des missions à haut risque. En dévoilant une partie de cette organisation, Jason laissait derrière lui un "héritage" explosif : compromis, les agents "Outcome" sont désormais promis à une liquidation brutale. Effacés à jamais pour que le "père" du programme, le Colonel Byer puisse poursuivre ses sinistres activités.Une gigantesque chasse à l’homme commence, et Cross, devenue sa première cible, n’a d’autre recours que de retrouver et gagner la confiance de la biochimiste d’"Outcome", Marta Shearing, elle-même menacée de mort…

    De Tony Gilroy avec Jeremy Renner, Rachel Weisz et Edward Norton

    Sortie le 19 septembre 2012

    Il faut toujours se méfier des films dont le pitch est aussi long, cela cache souvent une certaine vacuité scénaristique !!!

    J'avais adoré la trilogie : tant les romans de Robert Ludlum que j'ai dévorés plusieurs fois et qui ont placé cet auteur au panthéon de mes favoris (j'en ai lu pas mal de lui ...) que les films tenus de main de maître par un Matt Damon inspiré et charismatique.

    Ici, comme on le sait donc, pas de Matt Damon ni de Jason Bourne, à part dans le titre, trois mots et une incrustation photographique d'un quart de millième de seconde.

    Pour en référer à ma phrase d'introduction, de scénario ici point ... malheureusement ... la première heure est tellement laborieuse qu'elle en scie le film à la base. Beaucoup de blablas inutiles et soporifiques ... pour un film défini comme film d'action, on reviendra !

    Beaucoup trop de complexités, d'invraisemblances, d'incohérences émaillent l'intrigue qui se perd dans des incongruités déconcertantes. Il faut attendre environ le milieu du film pour qu'il se passe enfin quelque chose d'intéressant et qu'on commence à relier les wagons, et surtout que l'action tant attendue débarque sans crier gare.

    Jusqu'à une course poursuite finale infernale en moto qui donne mal au cœur ...

    Alors voilà, Tony Gilroy, qui jusqu'à présent était à la plume, a souhaité passer derrière la caméra et il aurait mieux fallu qu'il y réfléchisse à deux fois avant de se lancer corps et âme dans ce projet. Il s'avère être un scénariste tout à fait honnête (sur les trois premiers, pas ici comme je viens de l'expliquer où il s'est à mon sens un peu éparpillé et perdu ! je suis toujours dubitative lorsque les cinéastes cherchent à trop en faire (scénario + réalisation), peu maîtrisent l'ensemble, ceux qui y arrivent se comptent sur les doigts d'une main - bon allez de deux !! - et ceux là sont des génies) mais le réalisateur a encore du travail pour s'aligner sur ses prédécesseurs (n'est pas Paul Greengrass ou Doug Liman qui veut).

    Heureusement, les comédiens sauvent le film d'un désastre annoncé. Jeremy Renner multiplie les projets et les franchises (on l'a vu récemment dans le dernier opus de Mission Impossible où il damnait le pion à un Tom Cruise vieillissant, ou mieux encore dans Avengers où il avait l’œil vif et aiguisé) et s'implique à 100 % dans son rôle en exécutant lui-même ses cascades, jusqu'à en donner des sueurs froides aux spectateurs et ... aux producteurs ! C'est un bon acteur qui sait allier subtilité et puissance, intelligence et intensité, on perçoit plein de choses intéressantes dans son regard bleu acier.

    Il est accompagné qui plus est par une actrice de premier plan que j'aime beaucoup, Rachel Weisz, simple et naturelle.

    Edward Norton est un peu effacé alors que son nom au générique m'avait également beaucoup incitée à choisir ce film.

    Bref, c'est toutefois un gros soupir de déception qui accompagne le retour des lumières et pour conclure, je citerais LA phrase que mon amie a dite en sortant qui résume tout :

    "Mais en fait ce film il sert à rien" !! (sic) ...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :