• LA PERMISSION DE MINUIT

    Synopsis : C'est une amitié hors normes. David a 50 ans, Romain en a 13... David, professeur en dermatologie, fou de son métier, le soigne et l’opère depuis qu'il a 2 ans. Atteint d’une déficience génétique rare, Romain vit à l’écart de la lumière du jour. C’est "un enfant de la lune". Rien ne semble pouvoir les séparer jusqu’au jour où David obtient une mutation qu’il n’attendait plus. Comment annoncer à Romain son départ ? Le jour de la séparation approche, une nouvelle épreuve pour l’un et pour l’autre.

    De Delphine Gleize avec Vincent Lindon, Emmanuelle Devos, Caroline Proust et Quentin Challal                    

    Nouveauté


    L'effort est louable, les bons sentiments et bonnes intentions sont là mais dommage que le sujet, sensible et rarement traité, soit si mal retranscris à l'écran. C'est parfois même légèrement soporifique !!

    Car l'histoire, au demeurant bien écrite, se dilue dans des scènes un peu trop trainardes. Paradoxalement, le sujet qui aurait pu être morbide et malhabile se révèle tourné pudiquement et sans pathos mais réalisé d'une façon triste et linéaire. Ce qui fait qu'on n'arrive pas à être touchés alors que l'émotion se serait avérée nécessaire pour y croire vraiment et surtout se sentir concernés.

    La maladie décrite existe réellement et il est intéressant de s'y attarder, Delphine Gleize malheureusement s'appensantit longuement sur des plans superflus qui ralentissent la rythmique quasiment donc inexistante. Elle aurait pu travailler davantage, par l'image, sur les contrastes d'espace et de lumière (l'enfant souffrant d'isolement et du manque de soleil), sur l'inversement du cycle normal de la vie (l'enfant vit la nuit), sur les difficultés de gérer cette maladie au quotidien. Elle aurait pu accentuer la relation quasi-parternelle entre les deux personnages (l'absence du père est évoquée et l'on sent vite que cet enfant est en manque de repère paternel), marquer davantage la souffrance du médecin face à son jeune malade, son impuissance et son désarroi, approfondir les rôles féminins (la mère surtout), loin d'être anodins, elle aurait pu faire tant de choses merveilleuses avec un tel scénario !! quel gâchis oserais-je dire !! (il n'est pas sans me rappeler par moments le bien plus réussi Le petit prince a dit de Christine Pascal qui dégageait une vraie poésie).

    De plus, le jeu de Vincent Lindon ne sauve rien. Désormais un peu trop cantonné dans ce type de rôle, bien qu'il dégage une réelle empathie, il est fade et même taciturne, introverti et renfrogné, joue de son regard tombant et de son sourire peu amène. Il ne prend la lumière que quand il s'éveille à la caméra ou sort une réplique un peu plus légère voire amusante, mais c'est ici bien rare, trop rare.

    Alors que Delphine Gleize a préféré s'attarder davantage sur l'amitié entre ses deux personnages (ce qui est en l'occurrence une bonne idée pour éluder subtilement l'aspect mélodramatique), en "utilisant" la maladie comme un fil rouge discret,  en lâchant du lest sur la relation habituelle entre patients et médecins, elle aurait eu plus de mérite à y glisser une dose de complicité, totalement absente. On dirait qu'ils se côtoient sans jamais se rencontrer tant ils sont distants l'un de l'autre. On y perçoit souvent pourtant que c'est davantage l'enfant incurable qui "sauve" son médecin et cet aspect-là est à peine esquissé.

    Bref, la réalisatrice passe complètement à côté de son film, long et ennuyeux, offrant par ailleurs à Emmanuelle Devos un second rôle savoureux et qui est bien la seule à égayer un peu l'ensemble.

    On est toutefois par moments touchés par le gamin adorable, quelques belles scènes à la symbolique forte et une ou deux répliques justes et bien placées.

    Mais il manque une vraie grâce et une touche de magie qui auraient allégé le film et l'auraient sans nul doute rendu plus efficace et plus émouvant.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :