• LE PRENOM

    Synopsis : Vincent, la quarantaine triomphante, va être père pour la première fois. Invité à dîner chez Élisabeth et Pierre, sa sœur et son beau-frère, il y retrouve Claude, un ami d’enfance. En attendant l’arrivée d’Anna, sa jeune épouse éternellement en retard, on le presse de questions sur sa future paternité dans la bonne humeur générale... Mais quand on demande à Vincent s’il a déjà choisi un prénom pour l’enfant à naître, sa réponse plonge la famille dans le chaos.

    De Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière avec Patrick Bruel, Valérie Benguigui, Charles Berling, Guillaume de Tonguédec et Judith El Zein

    Sortie officielle le 25 avril 2012

     

    Voilà bien longtemps que je n'avais pas eu l'opportunité d'assister à une avant-première. La présence des deux acteurs principaux, Patrick Bruel et Valérie Benguigui, m'a fortement motivée. Voilà bien des années que je suis de près la carrière des deux.

     

    Les deux cinéastes pénètrent dans la salle, suivis de près de Valérie et Patrick, ils présentent le film pendant un bon quart d'heure, évoquent le prénom de leurs enfants respectifs (mon Dieu ils sont fous ... j'ai retenu Artémus, César et Abraham (les deux fils de Valérie Benguigui), Oscar et Léon (les deux fils de Patrick Bruel)... j'en ai oublié d'autres tout aussi originaux et difficiles à porter !!!) puis s'éclipsent rapidement pour laisser place à la projection.


     

     

                                                                                                                                                                      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière (le fils de Denys - le talent est génétique) transposent donc à l'écran leur propre pièce de théâtre au succès qu'on lui connaît. Seul changement au casting : Charles Berling en lieu et place de Jean-Michel Dupuy.

    Les codes y sont ici respectés : unité de temps, de lieu et d'action. Enfin d'action c'est vite dit, il n'y en a pas, ce ne sont que des blablas ... mais quels blablas !!!! des blablas de très haut niveau ...

    C'est bien simple, je crois bien que c'est la première fois que je vois un film avec une telle qualité d'écriture, aussi dense et riche : un scénario en béton armé - il fallait le cadrer et le serrer car chose n'est certainement pas aisée de filmer un huis-clos et d'en tirer une telle quintessence d'une intensité rare - et des dialogues brillantissimes où la dérision y pointe en permanence, d'une drôlerie sans commune mesure, caustiques, cyniques.

    Car ce n'est pas QUE drôle, mais c'est très drôle voire hilarant, c'est aussi profond et grave, le malaise s'immisce peu à peu.

    Le rire fuse souvent mais les dents grincent beaucoup aussi ... !! ça fait mal, très mal ... !!

    Il est vrai qu'on peut le rapprocher du récent Carnage de Polanski avec cependant ici une dimension humaine et un supplément d'âme ... tandis que Polanski met en scène deux couples ne se connaissant pas (et par ailleurs l'intrigue n'a absolument rien à voir), les auteurs français réunissent les membres d'une même famille (ou ami d'enfance), ce qui donne une force encore plus grande aux secrets enfouis qui vont être dévoilés.

    Alors certes, il ne faut pas attendre grand chose de la réalisation dans son acception première puisque le film se déroule quasi exclusivement au salon (avec quelques astuces pour en sortir en quelques flashes (back ou non) drolatiques), mais on ne s'ennuie absolument jamais tant le ton est enlevé et rythmé par des répliques cinglantes et acerbes, ou encore des scènes désopilantes.

    Et puis surtout parce que servies par des acteurs géniaux. Patrick Bruel, le narrateur et personnage principal, trouve à mon sens son meilleur rôle depuis bien longtemps, je préfère - et de loin - l'acteur au chanteur et ici il fait preuve d'une réelle implication. Charles Berling, Guillaume de Tonguédec et Judith El Zein sont excellents mais celle qui m'a diablement étonnée est Valérie Benguigui que j'aime depuis Comme t'y es belle et qui, enfin, trouve un rôle à la hauteur de son immense talent. Elle est tout bonnement extraordinaire et porte à elle seule les scènes les plus fortes. Elle part par instants dans des délires complètement déjantés.

    On assiste à une guerre des nerfs, des joutes verbales blessantes, des révélations, des crises d'hystérie, des coups bas (ou pas), le tout épicé par un texte à pleurer de rire et par une émotion sous-jacente qui monte par vagues.

    Bref, on en sort avec les larmes aux yeux (de rire ou non) et un grand sourire aux lèvres tant la fin est inattendue.

    La transposition des planches à la toile est à mon sens très réussie, même si je n'ai pas vu la pièce de théâtre.

    Je leur souhaite un beau succès, ils le méritent, et pourquoi pas des nominations aux prochains César pour récompenser l'exceptionnel travail d'écriture et les phénoménales performances des acteurs.

    Je retournerai le voir à sa sortie car, noyées dans des éclats de rire irrépressibles, se sont perdues quelques répliques, et je pense par ailleurs que c'est un film qui mérite plusieurs lectures pour capter les mots à travers les pages, interpréter les non-dits, comprendre les silences, appréhender chaque personnage à sa juste valeur à travers ses failles et faiblesses.

    Un film mille-feuilles : plein de saveur au milieu de plein de surprises, plein de surprise au milieu de plein de saveurs ...

    Ce fut une soirée inoubliable ... je n'arrive pas encore à réaliser que j'ai enfin rencontré Patrick Bruel ... !!!

    Que du bonheur ... le film et lui ... lui et le film ...


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    mokette
    Dimanche 25 Mars 2012 à 14:29
    Le Joueur de Pokeur lol
    ah ! tu as du être très contente, du charisme ce Patrick Bruel ! Denys de la Patellière, un des grands du ciné français, je ne savais pas que son fils était scénariste et maintenant réalisateur !
    2
    sam
    Mardi 27 Mars 2012 à 14:17
    Bravo
    J'aime beaucoup ! test
    3
    mokette
    Vendredi 27 Avril 2012 à 16:38
    Succés
    il a fait 286 000 entrées en 2 jours, ça va être la comédie du moment !
    4
    mokette
    Dimanche 6 Mai 2012 à 17:39
    je l'ai vu
    je l'ai vu ce matin, c'est vrai qu'il est bien, c'est drôle, et super bien interprété ! avec quelques silences qui parlent beaucoup.....
    5
    Mercredi 9 Mai 2012 à 13:20
    comique
    Je n'ai pas encore vu le film seulement la bande-annonce. C'est quoi déjà le prénom qui tourne tout le film en catastrophe et en dérision? Ça fait longtemps qu'on n'a pas vue Patrick Bruel au cinéma.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :