• LES AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE

    Synopsis : Parce qu’il achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, Tintin, un jeune reporter, se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret.

    De Steven Spielberg avec Jamie Bell, Andy Serkis et Daniel Craig

    Nouveauté

    Petite, j'ai dévoré toute la collection et certains plusieurs fois. Tintin a toujours fait partie de mes BD préférées, outre Asterix, Lucky Luke, Gaston Lagaffe et Achille Talon un peu plus tard.

    Hergé a créé un personnage ambigu qui n'a ni âge (jeune ... disons entre 20 et 25 ans - il a un métier et vit seul), ni ascendance ni descendance connue, ni vie privée et/ou sentimentale, un reporter qui trouve par sa profession prétexte à voyager dans le monde où il rencontre des personnages atypiques et vit d'incroyables aventures, élucide des intrigues policières, lutte contre les méchants et gagne toujours à la fin.

    Après des expériences cinématographiques pas très réussies (avec Jean-Pierre Talbot dans le rôle titre) et des séries animées à la télévision (plutôt bonnes), Steven Spielberg, fan de la première heure et portant en lui le projet depuis de nombreuses années, le tranpose enfin à l'écran en 3D.

    Et là franchement quelle incroyable expérience visuelle ! Je n'ai jamais vu quelque chose de tel. Depuis la révolution AVATAR, jamais la 3D n'a été aussi bien exploitée ni impressionnante. La "Performance Capture" est une méthode révolutionnaire en matière d'animation. Avec cet outil, plus besoin de décors extérieurs ! Tout le tournage s'effectue en studio, les acteurs intégrant des combinaisons recouvertes de capteurs numériques permettant aux logiciels informatiques de les reproduire à l'identique en images de synthèses. Tourné en seulement un mois, le film s'avère être une vraie réussite.

    Sur un rythme trépidant après un premier quart d'heure de mise en place un peu laborieux, les personnages se démènent dans les eaux de l'océan, dans les orages, dans les dunes du désert (le scénario s'inspire du Secret de la Licorne et du Trésor de Rakham le Rouge mais y mêle aussi un peu du Crabe aux pinces d'or), courent, volent, nagent ...

    Il faut admettre que la réalisation embarque tout sur son passage. Quel méticuleux sens du détail, des angles inédits, d'habiles transitions (les reflets dans les gouttes, dans la loupe, dans les miroirs), des prises de vue hallucinantes .. lorsqu'ils sont dans la mer, on sentirait presque l'humidité des embruns, la froideur de l'eau nous entourant ... le souffle du vent vous pénètre par tous les pores ... la chaleur du sable vous assomme ... le tonnerre vous effraie ... en tout cas certaines images aux graphismes super soignés et aux cadrages impeccables m'ont fait tomber les mâchoires de surprise tant elles sont incroyablement prodigieuses.

    En plus de l'immense virtuosité et de la totale maîtrise de son sujet du "Maître Spielberg" (je suis fan depuis Duel, je resterai fan devant l'éternel), reste un scénario épique bien écrit (quelques libertés avec les histoires originales mais qui se mêlent parfaitement bien à l'intrigue) et bien dialogué, et la qualité des interprètes (car oui il y a des acteurs qui jouent !!).

    Jamie Bell (le petit Billy Elliot) est plutôt bon et surtout très ressemblant au personnage, même si le procédé de Performance Capture permet justement de coller au plus près aux héros dessinés par Hergé (les comédiens prêtent leurs voix, allures, gestes et attitudes), Andy Serkis (encore une fois grimé) est toujours excellent et trouve peu à peu une vraie place d'acteur dans le paysage hollywoodien, Daniel Craig est méconnaissable et on peut même avoir le plaisir (voire même une fierté chauvine) d'y apercevoir un Gad Elmaleh étonnant.

    Hypra dynamique, bourrée d'action, montée sur vitamines et ressorts, cette fresque d'un réalisme époustouflant (qui fera l'objet d'une trilogie avec Peter Jackson aux commandes) est absolument fabuleuse, restituant parfaitement l'esprit de la BD, où pointent de temps à autre des doses d'humour judicieusement placées, un faux-air d'Indiana Jones et surtout des idées de génie, sans oublier quelques clins d'oeil sympathiques (Les dents de la mer ...).

    On y perçoit toute l'admiration de Spielberg pour Hergé, son enthousiasme de gosse, sa jubilation de créateur, sa folie, son perfectionnisme, sa minutie jusqu'à l'extrême. Il réalise surtout son rêve de toujours et le fait avec une inégalable maestria (merci au passage à toute son équipe technique hautement performante, il sait s'entourer des meilleurs), s'amusant avec les moyens modernes mis à sa disposition pour concevoir des séquences démentielles qu'il n'aurait pas pu composer dans un contexte plus classique et traditionnel.

    C'est totalement bluffant, jouissif et réjouissant.

    Dans tous les cas, même si vous n'êtes pas tintinophiles, il faut y aller rien que pour apprécier l'inédite et innovante expérience visuelle que cette œuvre magistrale propose. Et pour les aficionados qui pourraient être déçus par le fond (intrigue très librement adaptée), ils ne pourront certainement pas l'être par la forme.

    GENIAL dans tous les sens du terme et à voir absolument en 3D, même si vous êtes réfractaires, car ici elle a tout son sens. Un vrai régal pour les yeux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :