• MINUIT A PARIS

    Synopsis : Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.

    De Woody Allen avec Owen Wilson, Rachel McAdams et Marion Cotillard

    Nouveauté

    Ce film est MAGIQUE réalisé par le Woody Allen que j'aime. Je n'ai pas vu ses films récents, j'en ai vus beaucoup de la première partie de sa carrière, tous ceux complètement déjantés, puis j'en ai vus un par ci un par là, m'arrêtant tout spécialement sur son sublime MANHATTAN ou sur le très réussi LA ROSE POURPRE DU CAIRE, ou encore sur le délicieux MATCH POINT, entre autres.

    Ici, Woody Allen nous égare au hasard des rues et du temps, promène ses protagonistes au fil de balades féeriques et de rencontres particulières, le long des quais de la Seine ou dans les ruelles typiques de la capitale. Le tout sur fond de ballades jazzy et bluesy.

    Ici, Woody Allen illumine merveilleusement son film par des scènes anachroniques de toute beauté, sublimement éclairées, aux lumières tamisées et aux ambiances feutrées, aux atmosphères douces et ouatinées.

    Ici, Woody Allen met en scène très simplement, sa réalisation est très cadrée, pudique, sobre, faite pour valoriser les acteurs.

    Ici, Woody Allen a la très bonne idée de filmer Paris merveilleusement, brillamment, magnifie la ville par un jeu de lumières raffiné, offrant un contraste saisissant entre un Paris diurne animé et coloré et un Paris nocturne enchanteur, plein de charme et de surprises. On sent son amour pour la "Ville Lumière" à travers chaque plan, chaque scène.

    Ici, Woody Allen a l'intelligence de placer ses guest-stars judicieusement sans alourdir l'intrigue et le déroulement de son film par un quota obligatoire d'acteurs français. Non. Chacun a ses cinq minutes de gloire, exceptée Marion Cotillard qui est l'héroïne.

    Ici, Woody Allen a une écriture sublime (scénario et dialogues), pleine d'originalité, de jolies choses, riche, touffue, fine, épurée. On y sent toutes ses références et ses influences. On y puise ce qu'on y veut, nous abandonnant à notre propre imagination.

    Ici, Woody Allen nous déroule un casting de rêve : Owen Wilson, qui d'habitude m'insupporte dans les comédies potaches dans lesquelles il se compromet un peu trop souvent, s'avère étonnant de retenue et de justesse, timide et intimidé. Il interprète un écrivain qui recherche dans un passé idéalisé les ressources nécessaires pour affronter son avenir. Rachel McAdams, en blonde, est passablement énervante, mais incarne son personnage avec l'énergie nécessaire, elle est, comme aime le rappeler le cinéaste "d'une incroyable vivacité". Marion Cotillard est merveilleusement servie par un texte admirable, elle est mystérieuse et secrète, d'une beauté rare, mise en valeur par des robes superbes. Le réalisateur a choisi l'actrice française pour son "charisme naturel" et sa capacité à "mobiliser toutes sortes d’émotions en un temps record." Sans oublier une bien belle palette de seconds rôles tous excellents.

    Ici, Woody Allen revient sur le tournage : "Je n’ai jamais eu à diriger qui que ce soit." En réalité, ses acteurs le décrivent comme un metteur en scène déterminé et sûr de lui mais qui leur laisse toutefois beaucoup de liberté, comme le confirme Rachel McAdams : "L’atmosphère était très détendue, et j’apprécie le fait que Woody sache ce qu’il veut, ce qui me donne confiance en moi et me permet de savoir où je vais. Pour autant, il est très ouvert aux suggestions des autres et il sait travailler en équipe." Owen Wilson revient sur la méthode de travail du cinéaste qui consiste à filmer des scènes de trois minutes en une seule prise : "Ça vous donne une décharge d’adrénaline, comme quand on fait du sport. On sait qu’il faut être juste et qu’on n’aura pas forcément la possibilité de se rattraper à la prise suivante. Cela vous oblige à vous concentrer davantage."

    Ici, Woody Allen m'a embarquée dans un voyage intimiste et fantastique hors du temps, hors de tout, hors de moi, avec un infini plaisir, comme lui seul est capable d'offrir. C'est un film troublant, léger et aérien : "Je crois bien qu’il y aura toujours de la gravité dans mes films car ma vie et ma manière de penser sont parcourues par des idées noires. Mais s’agissant de Minuit à Paris, la gravité est présente en mode mineur. Le ton et l’ambiance sont surtout romantiques et insouciants" ; et foncièrement optimiste, s'achevant sur une image heureuse qui laisse penser que le bonheur se vit sur le lieu et l'instant présents dans un Paris "où tout est possible".

    J'ai vraiment adoré.

    Merci Monsieur Woody Allen de savoir écrire, diriger et filmer avec votre flamme unique, pleine de charme, d'élégance, de sensibilité et de fantaisie.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :