• SWITCH

    Synopsis : Juillet 2010, Montréal, Canada. Sophie Malaterre, 25 ans, illustratrice de mode, voit arriver les vacances d’été avec angoisse. Pas de projets, pas d’ami, pas de fiancé... On lui parle du site "switch.com" qui permet d’échanger sa maison le temps d’un mois. Sophie trouve, par miracle, un duplex à Paris, avec vue sur la Tour-Eiffel. Son premier jour est idyllique. Le lendemain matin, elle est réveillée par les flics. Un corps décapité est dans la chambre d’à côté. Elle n’a plus aucun moyen de prouver qu’elle n’est pas Bénédicte Serteaux, la propriétaire des lieux. Le piège se referme sur elle...

    De Frédéric Schoendoerffer avec Eric Cantona, Karine Vanasse et Mehdi Nebbou

    Nouveauté

     

    Ah voilà bien longtemps que je n'avais pas vu un aussi bon thriller français avec un scénario en béton armé, des situations d'une crédibilité et d'un réalisme étonnants, des scènes d'action et de poursuites remarquablement filmées, d'excellentes prestations des acteurs principaux qui se sont investis dans leurs rôles à 100 %.

    Frédéric Schoendoerffer, le fils de Pierre, a récupéré les gènes de la réalisation dans les veines. Il filme à l'épaule et au plus près des personnages des scènes de poursuites à pied, dans des zones résidentielles peu propices à faciliter les déplacements, absolument hallucinantes de maîtrise et d'intensité.

    Son histoire surtout tient la route et en haleine du début à la fin. Écrite par Jean-Christophe Grangé qui n'en est pas à son coup d'essai et qui a déjà prouvé par le passé son grand talent d'auteur à suspense (Les Rivières Pourpres), elle nous est délivrée tambour battant, l'action se déroulant sur un très court délai (48 heures), ce qui donne une vraie puissance dans le traitement de l'intrigue. Car l'échange d'appartement n'est que le prélude à des tas d'autres intrigues secondaires qui prennent de l'épaisseur au fur et à mesure du déroulement du film. D'aucuns penseront que le scénario, assez complexe et retors, est rempli d'invraisemblances et d'incohérences, moi je ne trouve pas. Au contraire, à la révélation finale, la surprise est là, bien réelle, et nous cloue au fauteuil. Surtout qu'elle est subtilement amenée après moult rebondissements insolites.

    Le film est essentiellement porté par Karine Vanasse, une actrice canadienne qui s'est beaucoup impliquée dans son rôle en réalisant elle-même toutes les cascades (jusqu'à se blesser le dernier jour) peu connue en France (un petit rôle toutefois dans le dernier Woody Allen Minuit à Paris) mais qui a déjà une belle carrière dans son pays depuis plus de dix ans, ayant par ailleurs travaillé pour effacer le plus possible son accent canadien (l'héroïne étant supposée avoir vécu en France pendant sa jeunesse). Elle est sensationnelle dans le rôle de ce personnage ordinaire plongé au coeur d'une situation extraordinaire (à l'instar d'un "A bout portant" ou "Pour elle", ce film s'inscrivant naturellement dans leur lignée). Elle tient surtout la dragée plus que haute à un Eric Cantona qui n'articule pas toujours très bien et dont on a du mal parfois à percevoir les répliques. Cependant, il assure le minimum syndical dans ce rôle qui lui va comme un gant. Droit et imperturbable, il ne s'éloigne jamais de son point de vue initial et de son instinct, ce qui le rend éminemment sympathique.

    Un bon thriller haletant, efficace et hyper rythmé, bien cadré et bien monté, sans aucun temps mort, magnifiquement réalisé et interprété mais dont la fin, un peu trop rapide à mon goût, limite même bâclée, manque d'un épilogue qui aurait permis de conclure habilement le film et surtout de calmer les palpitations cardiaques.

    Une réussite sur laquelle je mettrai un léger bémol mais qui se voit facilement et avec plaisir.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :