• THE IMPOSSIBLE

    Synopsis : L’histoire d’une famille prise dans une des plus terribles catastrophes naturelles récentes. The Impossible raconte comment un couple et leurs enfants en vacances en Thaïlande sont séparés par le tsunami du 26 décembre 2004. Au milieu de centaines de milliers d’autres personnes, ils vont tenter de survivre et de se retrouver. D’après une histoire vraie.

    De Juan Antonio Bayona avec Naomi Watts, Ewan McGregor et Tom Holland

    Sortie le 21 novembre 2012

    Avertissement

     

    Rares sont les films qui vous saisissent au ventre dès les premiers instants et ce, jusqu'au tout dernier. Celui-ci en fait indubitablement partie. 

    Juan Antonio Bayona signe sa deuxième oeuvre après L'orphelinat et change radicalement de genre, s'appuyant sur des faits réels (à l'origine, il s'agit de l'histoire d'une famille espagnole ...). 

    Ici, il propose une réalisation de très haut niveau, portée par les hallucinants effets spéciaux qui ont été nécessaires pour rendre le tsunami le plus crédible possible à l'écran. Et c'est fort réussi, c'est tellement réaliste qu'on a l'impression d'être noyés avec les héros. D'où la force du film, non seulement pour la prouesse réalistique (un an de travail pour une séquence de 10 minutes ...) mais également dans l'intention et l'attention.

    Le film se découpe en deux parties : une première qui s'axe autour de la mère et de l'aîné qui va s'avérer fort et courageux, assistant sa maman blessée, tous deux tentant de s'extirper du torrent de boue, une seconde qui est davantage tournée vers le père et les deux plus jeunes enfants. Déterminé à retrouver sa femme et son fils, il va devoir avancer à pas comptés dans un pays dévasté et désemparé. 

    Ainsi, nous pouvons avoir une vision double et être dans l'empathie tant envers elle qu'envers lui ... ce qui ne peut que multiplier l'émotion sous-jacente en permanence (j'ai pas mal pleuré ...), jamais forcée, toujours subtile.

    L'important n'est pas la catastrophe en elle-même qui, à l'écran, ne dure que quelques minutes seulement (mais quel choc visuel !) mais le désastre écologique et humain qui s'ensuit, les dégats considérables sont évoqués avec beaucoup de retenue et de pudeur (la vision des morts n'est pas chose aisée pour un adolescent), certes on a une vision apocalyptique du pays dévasté mais la réalisation est tellement pointue et soignée qu'elle passe en second plan, le cinéaste choisit de s'attarder davantage sur ses héros que sur les paysages désolés. Il en résulte des personnages particulièrement attachants et poignants car approfondis, étoffés par un sens aigu de la dramaturgie qu'a Juan Antonio Bayona.

    Naomi Watts et Ewan McGregor sont fabuleux tous deux et ont le talent de nous transmettre toute une palette d'émotions à travers leur jeu nuancé, tout en relief. Elle, affaiblie, résiste jusqu'au bout, lui, résolu, doit passer par des choix douloureux.

    La révélation du film est incontestablement le jeune Tom Holland qui (malgré l'incohérence gênante/génétique de la couleur de ses yeux - oui, je sais, je suis parfois obnubilée par des détails sans importance, mais il est rarissime que deux parents aux yeux bleus aient des enfants aux yeux noisettes ou marrons ... au secours messieurs les casteurs ...) éclaire l'écran de sa maturité et de sa ténacité.

    Une oeuvre magistrale, une grande leçon de vie, de survie, de solidarité et de courage qui vous tord le ventre et serre la gorge et qu'il est impossible de manquer. A la sortie de la salle, je vous assure que vous allez sans nul doute relativiser tous vos petits problèmes ...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :