• VALERIAN ET LA CITE DES MILLE PLANETES

     

     

     

    Synopsis :  Au 28ème siècle Valérian et Laureline forment une équipe d'agents spatio-temporels chargés de maintenir l'ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l'extraordinaire cité intergalactique Alpha, une métropole en constante expansion où des espèces venues de l'univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir faire et leur culture. Un mystère se cache au coeur d'Alpha, une force obscure qui menace l'existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l'avenir de l'univers.

    De Luc Besson 

    Avec Dane DeHaan Cara Delevingne, Clive Owen

    Sortie le 26 juillet 2017

     

     

     

     

    Je suis fan mais tellement fan de Luc Besson. Je ne pouvais pas louper celui là ... 

    Assurément pas.

    Dans la grande salle du complexe de Plan de Campagne, munie de ma paire de chaussettes, ma veste polaire et mes lunettes 3D, installée à ma place préférée habituelle (4ème rang milieu), me voilà prête à vivre une des plus belles aventures cinématographiques de ma vie.

    Oui j'ose le dire. Une des plus belles aventures ... depuis Avatar, jamais 3D n'avait été autant mise remarquablement en valeur, et exploitée dans tout ce qu'elle offre de meilleur. La profondeur, les perspectives, les nuances, les focales, les distances, les premiers, seconds, troisièmes ... derniers plans, les détails, les couleurs ... tout y est ... 

    Visuellement et esthétiquement parlant, ce film est juste absolument magnifique, tellement beau. Un ravissement pour les yeux.

    Luc Besson, un des meilleurs réalisateurs au monde, prouve encore une fois qu'il mérite ce statut là ... quelle réalisation grandiose ... époustouflante ... ahurissante .... 

    Après, je reconnais que le scénario n'est pas toujours à la hauteur ... s'il savait manier la plume aussi bien que la caméra, il serait un génie pur ... 

    Mais n'empêche, cette oeuvre est exceptionnellement majestueuse ... riche et foisonnante d'idées plus merveilleuses les unes que les autres ... les créatures de la Planète Mul sont sublimes de grâce et de dignité ... les décors, les personnages, les images, les effets spéciaux, tout contribue à nous embarquer dans un voyage intersidéral mouvementé, sensoriel et sensationnel ... peut-être que le film a coûté très cher mais chaque euro se voit à l'écran !!

    Toutefois, même si Dane DeHaan confirme tout le bien que je pense de lui depuis longtemps (déjà vu et apprécié dans d'autres films), je suis moins convaincue par Cara Delevingne que je trouve un peu trop rigide et lisse ... elle a une plastique parfaite mais elle manque un peu d'émotivité dans son jeu ... du coup, le couple n'est pas toujours en phase ni crédible ... j'ai adoré la prestation étonnante de Clive Owen, et celle surprenante de Rihanna qui, certes, fait figure de guest-star qui fait un numéro qu'on pourrait trouver inutile, juste pour faire du chiffre, mais il n'empêche que sa prestation est très réussie.

    Malgré quelques légers, très légers bémols, j'ai adoooooooooooooooooooré ce film ... il s'inscrit dans la lignée du Cinquième élément, avec son univers atypique, son humour décalé et ses personnages fantastiques ... et puis une super BO ... musique signée, une fois n'est pas coutume, par Alexandre Desplat .... 

    Bref, Luc Besson a réussi son pari et son rêve de gamin, maîtrisant de bout en bout sa réalisation vertigineuse  ... 

    J'ai trouvé son film trop court !! moi qui ai souvent du mal avec ceux qui durent plus de deux heures ...... 

    J'en voulais encore et encore, rester avec eux dans l'espace, dans la Cité des Mille Planètes ou encore sur l'apaisante et merveilleuse Planète Mul ... 

    MERCI MONSIEUR BESSON

    JE VOUS AIME 

     

     

     

     


    votre commentaire
  • EN SOLITAIRE

     

     

     

    Synopsis : Yann Kermadec voit son rêve se réaliser quand il remplace au pied levé son ami, Franck Drevil, au départ du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire. Habité par une farouche volonté de gagner, alors qu'il est en pleine course, la découverte à son bord d'un jeune passager va tout remettre en cause.

     

    De Christophe Offestein

    Avec François Cluzet, Samy Seghir, Virginie Efira et Guillaume Canet

    Sortie le 6 novembre 2013

    Vu à la télévision le 23 juillet 2017

     

     

     

     

     

    Impossible de ne pas évoquer ce film que je n'avais pas eu l'occasion de voir au cinéma, malheureusement ... ça devait être quelque chose sur grand écran.

    Amoureuse de l'eau (mon troisième amour, après mon fils et mon lit !!!), et surtout des océans, là où l'eau est vivante, sauvage, j'ai adoré ce film qui nous fait voyager sur les vagues ... on a l'impression d'être plongé au coeur des embruns, de sentir l'iode et les gouttes salées sur les joues ... d'assister aux sublimes couchers de soleil aux côtés du héros.

    Ensuite, au-delà de l'exploit sportif, ce film n'est pas seulement centré sur la course ... mais aussi sur la très belle rencontre et l'aventure humaine qui vient se greffer par surprise ... une très jolie surprise ... pour un final grandiose et très émouvant ... 

    Portée par un François Cluzet absolument exceptionnel (un des meilleurs acteurs qu'on ait en France), et par le jeune Samy Seghir très prometteur, cette oeuvre est juste magnifique .... 

    MAGNIFIQUE ... 

     


    votre commentaire
  • SPIDER-MAN HOMECOMING

     

     

     

     

    Synopsis : Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l'oeil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s'efforce de reprendre sa vie d'avant mais, au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu'il est plus que le sympathique héros du quartier. L'apparition d'un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui ...

    De Jon Watts 

    Avec Tom Holland, Michael Keaton, Robert Downey Jr 

    Sortie le 12 juillet 2017

     

     

     

     

    Quinze jours déjà que j'ai vu ce film et que je n'ai pas trouvé le moment pour écrire un mot dessus ... peut-être à cause de la déception ... il faut avouer qu'il est tout de même moins bon que ceux avec Tobey Maguire ou Andrew Garfield ... 

    Même s'il reste un excellent divertissement extrêmement bien réalisé, le film manque d'une introduction, d'une conclusion, d'une certaine ampleur ... d'envergure ... malgré quelques séquences impressionnantes surtout en 3D.

    Et puis surtout Tom Holland, même s'il est tout à fait crédible et très sympathique, pétri de bons sentiments, de naïveté et d'une certaine  candeur, il faut reconnaître qu'il est dénué de tout de charisme et d'ambition, à l'instar du film ...

    En fait ce qui fait tout à la fois la force et la faiblesse de ce nouveau Marvel, c'est qu'il s'adresse davantage à un public plus jeune et peut-être moins averti, s'appuyant sur un ton beaucoup plus léger, plein d'humour et de dérision.

    J'ai passé tout de même un très bon moment, on ne s'ennuie pas une seule seconde, le tout est enlevé et bien mené, rafraîchissant et très plaisant mais, bon, le film ne vaut assurément pas les précédents ... disons que le postulat, l'approche, le déroulement sont radicalement différents.

    Un divertissement disons ... honorable et agréable ... sans plus ... 

    Mention spéciale toutefois à Michael Keaton qui campe admirablement le méchant .... 


    votre commentaire
  •  

    DALIDA

     

     

     

    Synopsis : De sa naissance au Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, patron de la jeune radio Europe n° 1, aux soirées disco, de ses voyages initiatiques en Inde au succès mondial de Gigi l'Amoroso en 1974, le film Dalida est le portrait intime d'une femme absolue, complexe et solaire ... Une femme moderne à une époque qui l'était moins ... Malgré son suicide en 1987, Dalida continue de rayonner de sa présence éternelle.

     

    De Liza Azuelos avec Sveva Alviti, Riccardo Scarmacio, Jean-Paul Rouve, Nicolas Duvauchelle

    Sortie le 11 janvier 2017

    Vu en VOD 

     

     

     

     

    Sans être une grande fan de Dalida, j'ai grandi bercée par ses chansons et sa présence toujours lumineuse et aérienne dans les émissions de variété des années 70-80 ... 

    Par contre, je suis fan de Liza Azuelos dont j'ai aimé tous les films ... elle s'attaque ici à un genre qu'elle n'avait jusqu'alors jamais abordé : le biopic ... juste par amour pour cette artiste hors du commun ... éludant habilement le côté paillettes, lumières, shows etc. pour s'appuyer davantage ses amours compliquées, torturées et dramatiques, Liza Azuelos s'attache à nous présenter une femme fragile, blessée, poignante ... ainsi elle déroule sa vie, ponctuée par ses tubes incontournables ... cette vie tout à la fois simple d'une femme qui aurait finalement aimé parfois être juste "ordinaire et normale" mais aussi riche de rencontres magnifiques et marquantes ... 

    Même si je regrette parfois que ce ne soit là qu'un chapelet de ses amours qui défilent, force est de reconnaître que l'émotion perle toujours aux bons moments, exhaussée par la voix sublime et le charisme de l'artiste.

    Egalement grâce à la prestation remarquable de Sveva Alviti, sublime, très souvent non seulement dans le mimétisme pur mais aussi dans l'interprétation et la magie qu'elle met dans le langage et la musique de sa gestuelle, de son corps, de son regard ... 

    Le casting masculin est impeccable, que ce soit les premiers ou seconds rôles ... 

    La réalisation de Liza Azuelos, toujours juste, rigoureuse et maîtrisée s'accorde parfaitement à cette oeuvre touchante ... 

    On verse volontiers sa petite larme à la fin ... 


    votre commentaire
  • WONDER WOMAN

     

     

     

     

    Synopsis :  C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones, et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abri des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs, et son véritable destin.

     

    De Patty Jenkins avec Gal Gadot, Chris Pine et Connie Nielsen

    Sortie le 7 juin 2017

     

     

     

     

     

    Une éternité que je n'étais pas allée au cinéma ... pour X raisons ... j'ai repris le chemin des salles noires en étant fermement décidée à désormais n'aller voir que des films à grand spectacle ... j'ai donc opté pour Wonder Woman ... un Marvel en 3D avec une super-héroïne, voilà qui était fort prometteur.

    De fait, le début dans l'île est juste excellent ... des personnages charismatiques, des paysages magnifiques, une bataille spectaculaire ... et Chris Pine ...

    Lorsque l'héroïne débarque au coeur de la guerre, le film bascule dans un tout autre monde, sombre et furieux, un monde d'horreur(s) et de batailles ... 

    Même si certaines scènes semblent superflues et longuettes (le film aurait pu être amputé d'une bonne demi-heure, ce qui ne lui aurait pas nui, au contraire, cela lui aurait donné un peu plus de densité et de dynamisme), qui n'apportent rien à l'intrigue ni au déroulement, d'autres sont réellement époustouflantes et magnifiquement réalisées.

    L'héroïne découvre et développe peu à peu ses pouvoirs, donnant lieu à quelques séquences à couper le souffle, surtout les dernières vingt minutes qui, en 3D, sont impressionnantes ... 

    Très agréablement surprise par le jeu très émacié, précis et aigu de Gal Gadot qui campe une Wonder Woman très crédible, à la plastique irréprochable et à l'oeil aiguisé ... 

    Et surtout, mais alors surtout, griotte on the cake, le plus que parfait Chris Pine qui est juste beau à tomber par terre ... sa présence à elle seule méritait sans nul doute les 2 h 20 de film ... j'ai badé !! 

    Un divertissement de haute volée, très réussi (même si on peut parfois le classer dans le genre "films de guerre" dont je ne suis pas très cliente) bourré d'action et d'adrénaline, qui promet un deuxième opus tout aussi spectaculaire ... 

    Affaire à suivre ...


    votre commentaire
  • RADIN

     

     

     

     

     

     

    Synopsis : François Gautier est radin ! Economiser le met en joie, payer lui provoque des suées. Sa vie est réglée dans l'unique but de ne jamais rien dépenser. Une vie qui va basculer en une seule journée. Il tombe amoureux et découvre qu'il a une fille dont il ignorait l'existence.

    De Fred Cavayé avec Dany Boon, Laurence Arné et Noémie Schmidt 

    Sortie le 28 septembre 2016

     

     

     

     

     

     

    Fan de Dany Boon, fan de Fred Cavayé (qui jusque-là était plutôt spécialisé dans les thrillers), cette comédie était faite pour moi .... 

    Même si je n'ai jamais ri aux éclats, j'ai toujours eu un sourire franc scotché aux lèvres face aux situations délirantes et excessives admirablement tournées en dérision par un scénario extrêmement bien écrit  (et des dialogues parfois très fleuris, étonnants dans la bouche d'une Laurence Arné ici d'une timidité maladive) et un Dany Boon au sommet de sa forme, égal à lui même, c'est-à-dire tout à la fois drôle, maladroit et terriblement touchant  (il a vraiment un don réel pour les rôles caricaturaux) ... 

    L'idée de base est exploitée à son maximum, allant dans tous les sens tout en se concentrant sur son personnage principal, dont la radinerie est devenue une pathologie incurable pas toujours facile à gérer au quotidien, qui peut se révéler être une souffrance et impliquer une solitude pesante ...

    La comédie est, qui plus est, agrémentée de plein "petits plus" : une musique omniprésente, mise en valeur par des prestations incroyables (voire une carrément exceptionnelle), une réalisation intelligente, des surprises bien menées et amenées, quelques scènes géniales, une interprétation remarquable de tous, de Dany en tête bien sûr, mais aussi de Laurence Arné magique, et de la jeune Noémie Schmidt, une révélation.

    Au bout du compte, et de l'histoire, j'ai terminé en larmes, émue par une fin poignante et tout à fait inattendue ... 

    Un film très réussi : un bon divertissement bien ficelé mais aussi une vraie réflexion sur le rapport avec l'argent, les rapports humains et une relation père-fille attendrissante.

    A voir ... et peut-être même aussi à méditer .... 


    votre commentaire
  •  LA 5ème VAGUE

     

     

     

     

    Synopsis : Quatre vagues d'attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la Terre. Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. Alors qu'elle se prépare à affronter la cinquième vague, aussi inévitable que fatale, elle va faire équipe avec un jeune homme qui pourrait bien représenter son dernier espoir, si toutefois elle peut lui faire confiance.

     

    De J. Blakeson avec Chloé Grace Moretz, Nick Robinson, Alex Roe

    Sortie le 27 janvier 2016 

    (vu en streaming)

     

     

     

     

    Des films post-apocalyptiques, dans le genre, je pense que mon préféré restera à tout jamais La Route avec un Viggo Mortensen époustouflant ... ici, l'héroïne est campée par la toute jeune Chloé Grace Moretz qui trouve là un de ses premiers rôles importants. 

    Il est vrai, elle crève l'écran, et porte tout le film sur ses frêles épaules avec maestria, et sa jolie bouille d'ado n'est pas sans rappeler celle de la non moins ravissante Louane Emera  .... elles se ressemblent à s'y méprendre avec un peu plus de maturité chez l'américaine qui s'avère hyper-convaincante.

    J'en attendais toutefois un peu plus, un peu plus d'emphase dans la réalisation et les effets spéciaux, qui restent anecdotiques, bien faits mais un peu trop rares  ... en revanche, le suspense et l'action sont omniprésents et l'oeuvre se révèle assez prenante, par instants même saisissante.

    Dans sa fuite et sa poursuite, la jeune fille acquiert peu à peu une vraie détermination, motivée par un but ultime : retrouver son jeune frère avant qu'il ne soit trop tard, avant la cinquième vague, avant que l'on ne comprenne quels seront les ravages de cette cinquième vague qui sera le point d'orgue et final du film (je tiens à souligner la qualité du scénario, très bien écrit et fort original).

    A part Chloé Grace Moretz, on peut aussi apprécier la plastique et le jeu de Alex Roe, dont le regard est magnétique.

    Une oeuvre à voir sans nul doute ... qui manque d'un je-ne-sais-quoi qui en aurait fait une oeuvre majeure, mais qui a toutefois beaucoup d'atouts dans sa besace.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique